LES LIVRES POETIQUES



&Ces livres nous parlent de l'expérience faite par le cœur humain. A ce titre, ils ont indispensables à qui désire mieux connaître la nature humaine.

A l'exception du livre de Job et des Psaumes 90 à 100 attribués à Moïse, ils sont contemporains de David et de Salomon.

La poésie hébraïque n'a pas de rime comme la poésie française, elle fait plus appel au rythme et au sentiment exprimé. Un verset fait écho au précédent.


18 - Job

* Pour avoir une compréhension de la souffrance et de l'épreuve, il faut avoir lu l'histoire de Job. On s'aperçoit que les notions de formation et d'instruction sont plus en rapport avec la souffrance que celle de punition que beaucoup de personnes y associent ou craignent habituellement.

S'il est un homme mal connu par la tradition humaine, c'est bien lui. On a coutume de dire "Pauvre comme Job". Pour se persuader du contraire, il suffit de lire la fin de son livre. Il est mort très riche, rassasié de biens et de jours, entouré de ses fils et des fils de ses fils jusqu'à la quatrième génération.

Cette histoire se situe au temps des patriarches, on en ignore le lieu exact ainsi que la nationalité de Job. Descendant de Sem, fils de Noé, il habitait, une contrée que l'on situe tantôt au sud-est de la Palestine, parfois au nord-est. Il était probablement contemporain d'Abraham. Il avait une connaissance de Dieu telle, qu'elle lui servit d'appui dans toutes ses épreuves. Il connaissait El Shaddaïle Dieu tout puissant.

* Ce livre est une des œuvres écrites les plus anciennes de l'histoire de l'humanité. Victor Hugo l'a signalé comme le plus grand chef d'œuvre de la pensée humaine. Sa rédaction est contemporaine de celle du Pentateuque et il s'articule de la manière suivante :

Prologue





Conclusion
1 -
2 -
3 -
4 -
5 -
6 -
7 -
Job et Satan (malédiction)
Job et sa femme (incompréhension)
Job et ses amis  (ignorance)
Job et Elihu(discernement)
Job et l'Eternel (enseignement)
Job face à lui même (confession)
Job et sa fin (bénédiction)
: ch. 1 à 2.8:
: ch. 2.9,10
: ch. 2.11 à 31.40
: ch. 32 à 37.24
: ch. 38 à 41.25
: ch. 42.1 à 6
: ch. 42.7 à 17

* C'est un pur chef d'œuvre de littérature, probablement le plus ancien livre de la littérature hébraïque. A l'exception du prologue et de la conclusion, il a été écrit en vers.

Le mot clef de ce livre est "éprouvé" (ch. 23.10). L'épreuve et la souffrance trouvent dans ces lignes leur véritable sens. Ce n'est pas toujours un signe de punition à une faute commise, mais beaucoup plus une occasion de formation et d'instruction, qui eut pour résultat d'installer Job dans la patience et la confiance. Dieu lui-même rend témoignage de la droiture de Job (ch. 1.8) et pour comprendre ses épreuves, il convient de considérer l'œuvre de Dieu dans la vie de l'homme : "Le perfectionner pour l'installer avec Lui dans la gloire".

Pour comprendre la position de Dieu face à l'attitude de Job, il faut faire le parallèle avec l'épître de Paul aux Ephésiens (ch. 2.8 à 10). Bien que droit et juste dans sa conduite (Ezéchiel ch. 14.14) Job, comme tout homme, ne pouvait se prévaloir devant Dieu que de la seule justification accordée par grâce.

Ensuite ce livre a le mérite de situer aussi un personnage essentiel dans la vie chrétienne Satan, le tentateur, ange déchu qui se présente devant le trône de la majesté Divine, pour accuser les hommes et chercher à les séparer définitivement de Dieu. La question qui se pose aujourd'hui est la suivante :

Peut-il encore se présenter devant Dieu maintenant que Jésus le sauveur des hommes, le fils de l'homme, est établi à la droite du Père ? (Ephésiens ch. 2.4à7 - Colossiens ch. 1.21à23 - Hébreux ch. 4.14à16).

Le livre de Job est également un livre d'espérance, ce fut la proclamation de Job (ch. 19 v.25à27) :

" Mais je sais que mon rédempteur est vivant, Et qu'il se lèvera le dernier sur la terre.
Quand ma peau sera détruite, il se lèvera; Quand je n’aurai plus de chair, je verrai Dieu.
Je le verrai, et il me sera favorable; Mes yeux le verront, et non ceux d'un autre.
Mon âme languit d’attente au dedans de moi.

19 - Les Psaumes

* C'est plus un recueil de chants qu'un livre proprement parlé. Il contient 150 poèmes composés pour conduire dans la louange et l'adoration.

Au delà des expériences humaines faites de victoires, de chutes, de larmes et de joie, il y a la Gloire de Dieu qui est seul digne de louange. Ce qui est très bien exprimé dans le verset central de ce livre, Psaume 29.2.

"Rendez à l'Eternel gloire pour son nom ! Prosternez-vous devant lui avec des ornements sacrés."

Ils sont d'auteurs différents :

51 sont anonymes (Salomon ?),
73 sont de David,
12 d'Asaph.
11 des fils de Koré.
Le Ps. 88 est de Haman.
Le Ps. 89 d'Ethan.
le Ps. 90 de Moïse.

* Les Psaumes se divisent en cinq sections et constituent une petite bible en miniature et ils sont d'ailleurs appelés "le Pentateuque de David".

1-
2-
3-
4-
5-
Ps. 1 à 41
Ps. 42 à 72
Ps. 73 à 89
Ps. 90 à 106
Ps. 107 à 150
: Où l'homme répand son cœur devant Dieu. (Ps. 11-17-23-33...)
: Où l'homme implore la grâce de Dieu. (Ps. 51-56-57...)
: Où l'homme recherche Dieu. (Ps. 75-79-85-88...)
: Où l'homme acclame Dieu dans son sanctuaire. (Ps. 96-103...)
: Où l'homme raconte les bontés de Dieu. (Ps. 107-118-124...)

* On ne peut faire l'articulation des Psaumes comme pour un livre ordinaire. La compréhension en est facilitée si on  les regroupe par thèmes.

Plusieurs psaumes sont prophétiques et nous parlent de la personne et de l'œuvre de Christ :

Les  psaumes 2 - 8 - 16 - 22 - 23 - 24 - 40 - 41 - 45 - 68 - 69 - 72 - 89 - 102 - 110 - 118

Ils annoncèrent à l'avance sa fonction prophétique (Ps.22-23), sa royauté (Ps. 2-21-45-72), son sacerdoce (Ps.40.7&9-49-110), ses souffrances (Ps.22-69) et même sa résurrection (Ps. 16).

Christ lui-même nous invite à regarder dans les Psaumes : Il s'y conformait et sa vie les a accomplis (Luc ch. 24.44).

Les Psaumes 120 à 134 sont appelés cantiques des degrés, ils étaient chantés par le peuple qui allait au temple de Jérusalem lors des fêtes de l'Eternel (Deutéronome. ch. 16)

Il y a des psaumes :

- d'instruction (Ps. 1 - 19 - 39 - 119)
- d'histoire (Ps. 78 - 105 - 106)
- de louange (Ps. 8 - 29 - 93 - 100)
- d'action de grâce (Ps. 30 - 65 - 103 - 107 - 116)
- de repentance (Ps. 6 - 32 - 38 - 51 - 102 - 130 - 143)
- de foi (Ps. 3 - 27 - 31 - 46 - 56 - 62 - 86)
- de détresse (Ps. 4 - 13 - 55 - 64 - 88)
- d'aspiration de l'âme (Ps. 42 - 63 - 80 - 84 - 137)

Le salut y est révélé :

- Le bien et le mal (Ps. 1),
- Les qualités de l'intégrité (Ps. 15),
- La déchéance de l'homme (Ps. 2 à 14)
- La rédemption par l'œuvre de Christ (Ps. 16 à 41).

Mais aussi l'histoire d'Israël :

- Sa ruine (Ps. 42 à 49)
- Son rédempteur (Ps. 50 à 60)
- Sa rédemption (Ps. 61 à 72)

Le Psaume 34 est sans équivoque : "J'ai cherché l'Eternel et Il m'a répondu"

Dans les Psaumes 22, 23 et 24 nous découvrons le bon berger qui donne sa vie pour ses brebis, qui conduit son troupeau et qui revient le chercher.
La confiance que l'homme peut mettre en Dieu est admirablement exprimée dans le psaume 23 :

"L'Eternel est mon berger, je ne manquerai de rien..."

20 - Les Proverbes

* Dans les Psaumes nous voyons le chrétien dans sa vie spirituelle, dans les Proverbes nous découvrons la dimension pratique de la Parole de Dieu pour la vie de tous les jours. Que ce soit dans la vie professionnelle, familiale ou même les loisirs.

Les juifs comparaient le livre des Proverbes à la cour extérieure du temple, l'Ecclésiaste au lieu saint et le Cantique des cantiques au lieu très saint. Pour tirer un riche enseignement des Proverbes, ne négligeons pas le fait que c'est dans la cour extérieure que se trouvaient l'autel de l'holocauste et le bassin des ablutions. Sacrifice total et purification.

Acceptons l'exhortation qui nous est adressée dans Proverbes ch. 3.13 :

"Heureux l'homme qui a trouvé la sagesse et l'homme qui possède l'intelligence."

* Ce livre qui semble une suite ininterrompue de préceptes, est en fait d'une cohérence parfaite. Le sujet central en est la crainte de l'Eternel :

- Elle est le commencement de la science (ch. 1.7) et de la sagesse (ch. 9.10)
- Elle augmente tous les jours (ch. 10.27)
- Elle est la source de vie (ch. 14.27) qui mène à la vie (ch. 19.23) et à la haine du mal (ch. 8.13)

Il y a dans les Proverbes une progression qui s'accorde très bien avec la vie de l'homme, sa croissance sociale et intellectuelle :

1- Instruction pour les jeunes
2- Instruction pour les adultes
3- Instruction pour les leader
: ch. 1 à 10
: ch. 11 à 20
: ch. 21 à 31

* La puissance et la beauté de ce livre résident dans le véritable sens du motsagesse, qui n'est pas une morale à vivre, mais la Parole vivante. La première de ces œuvres (Pr. 8.22), manifestée avec puissance et vérité dans la personne de Jésus-Christ (Jean ch. 1 - Hébreux ch. 1.3).

A ceux qui désirent une vie équilibrée dans tous les domaines, ces préceptes sont utiles pour donner aux simples du discernement (ch. 1.4), de la sagesse et de l'intelligence (Pr. 4.7), pour l'être entier : le cœur, la bouche, les mains, les yeux, les pieds  (ch. 4.23 à 27).

L'abandon de ces préceptes est un signe de la fin des temps mentionné par l'apôtre Paul (2 Timothée ch. 3.2). Car il conduit dans la désobéissance, les mauvaises compagnies, l'impureté, l'intempérance, la colère, les luttes et les querelles. (ch. 1.10 à 19 - 3 - 4.14  à 19 - 10 - 13 - 15 - 16 - 18).

Vivre en harmonie avec cet enseignement fait du chrétien un témoin véritable qui s'empare des âmes avec sagesse (ch. 11.30- 14.25). Plus qu'un simple attribut de la nature humaine, cette sagesse est d'essence divine. Elle produit la vie véritable que nous découvrons dans la personne de Jésus-Christ. Comparez Proverbes 8. 22à31 avec Jean ch.1.1,2 - Colossiens ch. 2.3 et Hébreux ch. 1.2.

On parle aussi beaucoup de la maîtrise de la langue dans les Proverbes, en elle se trouve le pouvoir de la vie et de la mort (Proverbes ch. 12.22 - 16.18 et Jacques ch. 3.6).

"Celui qui est sage de cœur, manifeste la sagesse par sa bouche"

(Proverbes ch. 16.23)


21 - L' Ecclésiaste

* Ecrit par Salomon vers la fin de sa vie, ce livre au pessimisme latent est le reflet de ce que ressent l'homme sans Dieu :"Vanité des vanités, tout est vanité". Nul besoin d'être philosophe pour comprendre la nature humaine et avoir la réponse aux grandes questions essentielles de la vie. La Bible nous enseigne sur ces sujets avec clarté et précision.

* Nous avons là un compte-rendu de la réflexion humaine sur la vie naturelle et sur la religion rituelle hors de la présence de Dieu.

Le plan de ce livre est assez simple :

La recherche de bonheur et son résultat (ch. 1.2)
La faillite humaine et sa conclusion (ch. 12.8)
: ch. 1 à  6
: ch. 7 à 12

* Mais ce n'est pas le résultat de l'enseignement de Dieu. Dans tout ce livre il n'est jamais fait mention une seule fois de la grâce et de la rédemption, de la joie et de la paix et encore moins de louange. 

Salomon avait tout essayé, le plaisir (ch. 1), les arts (ch. 2), l'austérité (ch. 3), le stoïcisme (ch. 4), la religion rituelle (ch. 5), la richesse (ch. 6) et la renommée (ch. 7), mais rien n'a pu remplir son cœur, même la connaissance intellectuelle de Dieu (ch. 8) et la conclusion est tombée comme une sentence sans appel :

Car Dieu amènera toute oeuvre en jugement, au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal

L'apôtre Paul apporte l'éclaircissement nécessaire à la compréhension de ce livre :

C'est dans les lieux célestes que nous sommes bénis, héritiers prédestinés dès avant la fondation du monde (Ephésiens ch. 1.3 à 14)

Comprendre l'Ecclésiaste, c'est comprendre que l'homme n'est pas à la dimension de cette terre. Elle est bien trop petite pour lui. La place et l'avenir de l'humanité sont dans les cieux, là où Christ est assis à la droite de Dieu (Actes ch. 7.56 - Ephésiens ch. 2.6).


22 - Le Cantique des cantiques

* Quel contraste avec le livre précédent, l'Amour est présent à tous les chapitres. Salomon dans ces lignes y révèle par le personnage du fiancé, un type de Christ. Ce livre était lu dans les synagogues à la fête de la Pâque.

* Il dépeint de façon admirable l'union de Dieu avec son peuple et définit en cinq parties l'Amour parfait (ch. 6.3) :

- La joie
- Le désir
- L'appréciation
- La satisfaction
- La communion
: ch. 1 à 2.7
: ch. 2.8 à 3.5
: ch. 3.6 à 5.1
: ch. 5.2 à 8.4
: ch. 8.5 à 14

* Nous y découvrons aussi l'Amour parfait de Christ avec son Eglise, l'épouse préparée pour les noces de l'Agneau (Apocalypse ch. 19.7,9). Amour qui s'abaisse pour chercher, attirer et sauver. Amour pour une étrangère, pour une délaissée, pour une stérile qui n'enfante plus (Galates ch. 4.21 à 31).

Ce livre sublime l'amour, amour que Dieu a pour l'humanité en général et l'homme en particulier, cela est bien exprimé au ch. 8 v6.7

"Mets-moi comme un sceau sur ton coeur, Comme un sceau sur ton bras;
Car l’amour est fort comme la mort, la jalousie est inflexible comme le séjour des morts;
Ses ardeurs sont des ardeurs de feu, une flamme de l’Eternel.
Les grandes eaux ne peuvent éteindre l’amour, et les fleuves ne le submergeraient pas;
Quand un homme offrirait tous les biens de sa maison contre l’amour, il ne s’attirerait que le mépris.

Ghaut de page

Pierre-Antoine ELDIN